COMMENT UTILISER LE  » I CAN DO  » MODELE ?

CHANGER POUR VIVRE

Qu’est ce que le I can do modèle ?

Le « I CAN DO  » (  » Je peux faire ») modèle a été adapté par Le coach John Whitmore à partir de l’acronyme G R O W ( » Grandir »)

DETAILS

I nvestigate ( enquêter)


C urrent (courant)A ims (buts)N umber (nombre)


D ateO utcome( résultats)


Les explications sont :

  1. Le coach va demander quelles sont les raisons pour… ( par exemple perdre du poids, changer de travail…)
  2. Que faites-vous en ce moment dans ce sens ?
  3. Exactement , que voulez vous obtenir (salaire, kilos en moins …)
  4. Quelles sont les façons qui ont le plus de succès pour obtenir ce que vous voulez ?
  5. A quelle date voulez-vous atteindre vos buts ?
  6. Comment saurez-vous que vous avez réussi ?

LE CIRCUIT FERME (2) : Le feedback

CHANGER POUR VIVRE

Qu’est ce que le feed back ?

Le feedback est communément divisé en deux types – habituellement positifs et négatifs.
Ces termes peuvent apparaître dans deux contextes :

  1. dans un contexte d’abîme entre les références et les valeurs actuelles de certains paramètres, basé sur le fait que l’abîme augmente (positif) ou rétrécit ( négatif)
  2. dans un contexte d’actions ou d’effets qui altèrent le fossé, basé sur le fait que cela est lié à des récompenses ( positif) ou des non récompenses ou des punitions (négatif). (2)

En sciences sociales, un circuit de feedback qui contrôle le comportement des individus peut être divisé en 4 étapes :

  • L’évidence. Un comportement doit être mesuré, capté, et les données doivent être consignées.
  • Pertinence . L’information doit être partagée à l’individu, non sous forme « crue », mais d’une façon , dans un contexte qui donne à cette donnée une résonance émotionnelle.
  • Conséquence. L’information doit illuminer une ou plusieurs voies à venir.
  • Action. Il doit se produire un moment très clair où l’individu va recalibrer son comportement, il va faire un choix, et agir. Alors, cette action est mesurée et le circuit du feedback peut tourner une fois de plus, chaque action stimulant de nouveaux comportements , qui amèneront pas à pas l’individu vers ses buts. » (2)

Un exemple.

Jacqui Cleaver a imaginé un « Nouveau Vous » camp en 2007. Il présente ce camp d’entrainement comme suit : « D’abord nous vous disons merci d’ avoir choisi ce camp d’entrainement pour avoir un style de vie en meilleures santé et forme. Depuis 2007 nous avons aidé des milliers de clients , de différents sexes et âges, de différents styles de vie, de différents passés, de tous les coins du Globe, dans nos 150 camps.Nous ( sa femme et lui) , sommes aussi passés par des pertes de poids et des périodes d’entraînements, après avoir testé les effets yo-yo de mauvaises diètes pendant des années. Il n’existe pas de diète miracle à la bonne santé.
Au début ces camps étaient tenus par des anciens militaires donc avec des douches froides et d’exercices d’abdos dans la boue…Cela a plus ou moins disparu. Mais l’entrainement est cependant intensif, en relation avec le client. Les programmes sont peu à peu affinés en fonction des individus et nous recherchons toutes les dernières nouveautés en rapport avec le sport et la santé, pour toujours être au meilleur de nous-mêmes.
Nous avons également introduit des séances de NLP et de coaching de vie dans les programmes de nos clients, afin de briser de vieilles habitudes et d’en prendre de nouvelles. Cela introduit un réel changement pour la vie.

 » Connaissant le concept du circuit fermé, les individus peuvent travailler dessus. Cela peut devenir un processus du coaching.
Le coaching du circuit fermé à la compréhension du processus de performance du management qui livre des enregistrements audios et des enregistrements d’écrans pour augmenter l’agent de productivité et réduire l’agent du temps du stage/ d’entrainement.


Coaching du circuit fermé :

  • le coaching du circuit fermé est un processus toujours en évolution. Les mesures, les ajustements, le coaching et les tâtonnements doivent être intégrés à la culture de l’entreprise et continuer sur une base qui évolue pour produire un effet de changement à long terme.Imaginez aller faire des entraînements une fois , puis penser maigrir ou avoir des muscles ,soudain ! Impensable, non ? Seule la régularité et des exercices répétés vous apporteront une amélioration.
  • le coaching du circuit fermé doit s’étendre afin d’inclure la manière de travailler des vendeurs et aussi des processus de services? Chaque organisation a d’uniques ventes ou d’uniques processus de services, relayées par tout le personnel administratif. Un élément clé du circuit fermé est de s’assurer que les agents soient entraînés pour un usage adéquat des systèmes , accomplit par l’usage des enregistrements audios et des écrans. (1) » Même si cela peut paraître un peu intrusif pour certaines personnes…

(1) thefreelibrary.com (2) Wikipedia (3) Wiki.answer (4) Zoé Creighton coaching

QU’EST-CE QUE « LE CIRCUIT FERME » ? (1)

CHANGER POUR VIVRE

Qu’est ce qu’un circuit fermé ?

« Le circuit fermé » ressemble au signe de l’infini, c’est un concept utilisé pour expliquer comment les personnes sont limitées par leurs propres pensées, car ils restent dans leur zone de confort, ils ont une sorte de système de contrôle qui modifient les données extérieures en fonction des données intérieures, afin qu’elles « match », c’est à dire que si une femme se dit  » je ne vais jamais trouver de copain « , le système lui répond en sabotant tout prémisse de relation, afin d’être en accord avec cette pensée limitante.

Comment fonctionne un feed-back ?

Un circuit fermé a un feed-back automatique (de pensées négatives habituellement), l’opérateur ( l’individu) met tous les points importants puis le système de contrôle prend la main et fonctionne en automatique…Un peu comme quand un individu enregistre sa destination dans son GPS et que celui-ci le guide pour le reste du chemin. On peut aussi mettre une certaine vitesse et le cruise control , maintiendra celle-ci, tout le temps du trajet.Vous pouvez aussi contrôler votre thermostat et la température restera la même durant la journée puis décroîtra la nuit.

Quel est le travail du coach ?

Le travail du coach est de libérer ses clients de leur propre prison imaginaire, en utilisant des feed-backs positifs.

Zoé Creighton dit :

« (Un coach) permet aux individus de briser le circuit fermé en pensant:

  1. les individus pensent en cercles, les personnes qui ont de bonnes performances ont peut-être de plus larges cercles , mais ils en ont quand même.
  2. Tous les employés de la même organisation pensent dans le même circuit fermé
  3. Les circuits fermés sont renforcés par le fait que nous fassions des assomptions ( que chacun fait pour simplifier notre monde complexe)
  4. ( The coach) utilise une variété d’outils pour briser ce cercle vicieux, sans pour autant juger ses clients. Il pose des questions apparemment sans conséquence, mettant au défi , il a des compétences d’écoute , d’hypnose ou de PNL qui sont très importantes pour son travail.

COMMENT AVOIR UNE TRES BONNE IMAGE DE SOI ?

CHANGER POUR VIVRE

Qu’est-ce que l’image de soi ?

« Entre 3 et 24 mois mois, l’enfant commence à être conscient que l’image qui est dans le miroir est la sienne. L’idée de l’image de soi est une image mentale , qui est généralement très résistante au changement  » 1

Votre image de vous-même est en général , une accumulation de plusieurs attitudes et d’opinions d’autres personnes entendues au cours de votre vie, depuis que vous êtes né/e. Puis peu à, peu celle-ci est devenue une image enregistrée dans votre subconscient. C’est le concept de qui vous penser être. Puis, qui vous croyez que vous êtes (ce que vous pensez de vous-même) et les deux déterminent ce que vous pensez être capable d’ accomplir.  » Ces 3 types peuvent ou non être des représentations adéquates d’une personne. Toutes , quelques unes ou même aucunes peuvent ne pas être vraies. » 1

« Commençons par qui vous pensez être, cela dépeint non seulement les détails qui sont potentiellement disponibles lors d’une enquête ( comme votre taille , votre poids-qui peut changer, vos cheveux- qui peuvent changer , la couleur de votre peau, votre genre-qui peut changer, votre Q.I., etc) » 1

Cette partie de l’image de soi résulte de ce que pense les autres de vous. Vous pouvez donc avoir une » pauvre image de soi, une image de soi très floue, une image de soi de victime ». Faire des exercices d’endurance peut vous forger une meilleure image de vous-même: par exemple vous pouvez pratiquer un sport , la méditation et certaines personnes résistent aux drogues et à l’alcool .

D’autres définitions .

 » L’approche humaniste nous enseigne que les couches de l’image de soi sont composées de concepts uniques pour chacun.

L’image de soi ou de sa valeur est ce que l’on pense à propos de nous-même. Docteur Rogers nous disait que les sentiments sont développés pendant la petite enfance et sont formés à partir des interactions entre l’enfant , le père et la mère.

« L’image de soi est très importante en ce qui concerne notre santé. En effet , celle-ci a une influence sur l’image de notre corps et sur notre personnalité intérieure. A un niveau plus simple, nous pouvons nous percevoir comme « une bonne ou une mauvaise » personne, belle ou laide. L’image de soi a un effet sur ce que pense et la manière d’agir qu’à une personne,dans le monde. » 3

Poursuivons avec qui vous pensez être . L’image de soi résulte aussi de ce que chaque individu voit en lui ou elle-même et également des choses apprises à l’occasion d’expériences personnelles. Ceci est ce qui l’on pense être donc notre self-concept. Ce concept est une collection de traits que nous reconnaissants comme faisant partie de notre ego et de nos domaines archétypaux; par exemple on peut reconnaître des qualités comme faisant partie de notre personnalité , telles être patient, beau, courageux, amusant, talentueux, chanceux ou ayant beaucoup de réussites.

Comment développons nous cette image ?

Nous développons notre self-image en identifiant certains traits particuliers comme étant « les nôtres ».

Ce processus d’ identification apparaît de différentes manières :

  • Tout d’abord, par l’observation de nous-mêmes. Par exemple, quand on observe un jour où l’on est en colère , on peut en déduire : « je suis une personne en colère ».. Spécialement si on est jeune, on on aussi s’identifier à des modèles, des héros, des parents ou d’autres personnes que nous voudrions imiter. Mais , à mesure que nous devenons un /une adulte, nous reconnaissons notre propres qualités et nous abandonnons peu à peu celles que nous avions adoptées de l’extérieur.
  • Puis, « en externalisant les jugements des autres. Une simple définition de la self-image de quelqu’un est sa réponse à la question  » que pensez-vous que pensent les autres à propos de vous ? La self-image est donc le résultat de ce que l’on perçoit que les individus pensent de nous. Bien sûr ,on devrait dire si on est adulte : « Mais? La manière dont me perçoivent les autres n’a AUCUNE importance, seule compte ma propre perception, la manière dont je me vois. »Ce n’est souvent pas le cas….

Image de soi et société

On observe comment les gens répondent à nos actions.Surtout car la partie sociale est importante, le fait de  » pouvoir être dans la norme  » nous donne , pensons -nous, une place dans la société .. Nous ne vivons plus en tribus où la mort attendait celui ou celle qui était différent/e, donc nous pouvons nous éloigner de ce modèle.. Notre image dit-elle que nous sommes sympathiques,séduisants ou populaire ? Cela peut différer selon les réponses données par les parents, les professeurs ou les amis (donc cela devrait nous faire réfléchir , et que seul ce que nous pensons de nous même est important à notre croissance, et à notre libre arbitre, tout le monde n’est pas obligé de nous apprécier et il y aura toujours quelqu’un pour nous critiquer…l’important est de penser que nous sommes « assez » , que nous méritons notre place sur Terre comme nous sommes , nous sommes parfaits…La plupart des formations de développement personnel font payer TRÈS CHER des personnes qui doutent de leur estime et sous couvert de leur rendre celle-ci, les rendent dépendantes de leurs programmes qui servent de béquille… et bien entendu le but est de maintenir ces personnes-tout en prétendant le contraire, dans cette dépendance ). Des formations sont nécessaires à notre croissance, mais il faut se méfier des formules miracles.

Interprétations.

C’est souvent notre interprétation de ce que les personnes disent qui reste dans notre mémoire, par exemple un jour où nous sommes de très bonne humeur , quelqu’un nous critique et l’on rit…le lendemain où tout semble aller mal , on lui crie dessus , alors que la personne a dit exactement la même chose. L’important est donc de maîtriser , de contrôler les répercutions qu’ont les apports extérieurs sur nous et de les réduire au plus simple appareil…Pour rester dans notre zone personnelle, aligner avec nous même, serein , entier, calme, sûr de nous, à la manière des bouddhistes. les émotions sont importantes , mais ne doivent pas nous submerger. Par exemple si des parents ou des patrons disent que vous êtes « un mauvais enfant » ou « un mauvais employé « , on peut se dire que c’est vrai ou que ces parents ou ces patrons sont abusifs.

« L’image de soi est ce que nous pensons être une collection de traits dont les autres nous affublent. Si je pense que les autres me trouvent intéressant, je vais l’accepter et nous allons le croire (d’où les déconvenues des artistes entourés de pique-assiettes et d’hypocrites se prétendant des amis, ou alors nous pensons être intéressant et les autres pensent que nous sommes ennuyeux!). L’image de soi est aussi liée au statut , avec les objets sensés montrer aux autres qui nous sommes…notre entreprise, notre salaire, notre maison , nos vêtements, notre voiture « (2), l’école que nos enfants fréquentent.

L’abondance, l’argent sont importants certes , mais pour nous permettre d’avoir des expériences ou d’aider les autres , de faire la différence, de laisser un héritage humain, social, grâce à une fondation , des écoles , des donations et non pour étoffer une pauvre image de soi que nul objet ou chiffre sur un compte en banque ne pourra redorer.

En fait, CE QUE VOUS PENSEZ ETRE CAPABLE D’ACHEVER, ( j’ai décidé d’écrire un livre , et ? je l’ai écrit. OK, j’écris depuis 30 ans mais décider de tout condenser dans un livre est une autre chose…)

Qu’est ce que le O.D. ?

On peut apprendre le O.D. ou le développement des organisations , montrer que les gens s’adaptent et apprennent (la plupart du temps à mentir et à tricher , l’important est de ne pas se perdre soi-même , ce qui est bien difficile, le choix est souvent de partir AVANT de ne plus se reconnaître et de faire trop de compromis qui mettent en péril notre vie physique ,mentale ou professionnelle…) c’est un système adaptatif qui est positif s’il suit les lois du marché en restant éthique…

Le coaching est adaptatif , dans la limite de la loi et de l’éthique.

Argyris et Schön (1978) ont été les premiers à proposer des modèles qui facilitent les apprentissages des organisations. Ils ont proposé cela en lien avec les concepts de Gregory Bateson en ce qui concernent un premier et un deuxième ordre d’apprentissages. Dans la première boucle d’apprentissage , les individus, les groupes, et les organisations modifient leurs actions selon les différences entre les résultats attendus et ceux obtenus. Dans la deuxième boucle d’apprentissage, les entités ( individus, groupes et organisations) questionnent les valeurs , les préjugés,les assomptions, et les polices /processus qui ont conduit aux actions à la base. S’ils sont capables de voir ceux-ci et de les modifier, la deuxième boucle d’apprentissage aura eu lieu. La deuxième étape est celle qui va apprendre de la première étape…

Une approche de l’image de soi en coaching, apporte un autre point de vue.

« Le moi idéal est celui que vous voulez être. Il englobe vos buts, vos ambitions dans la vie, il est dynamique et évolue sans cesse. Le moi idéal de l’enfance , n’est pas celui de nos années d’adolescence , ni celui de notre âge adulte… »(3) nous changeons et le monde , les technologies également.

Donc, il est très important pour le coach d’avoir fait un travail sur lui-même et d’avoir une très bonne image de lui-même et une bonne estime de lui-même également, afin d’être efficace, calme, bienveillant, sans utiliser des stéréotypes ou des préjugés et de rester parfaitement focaliser/centrer sur le client et non sur lui-même ou sur ses propres problèmes.Comme par exemple certains professeurs peu professionnels qui se montrent arrogants et traitent les étudiants jeunes ou adolescents de manière très négative, afin de prouver leur supériorité intellectuelle. En effet, le public étant plus faible concernant l’image de soi et sensible aux critiques à ces âges , il faut plutôt préserver une bonne relation avec ses élèves ou étudiants , plutôt de jouer au coq.

Le coach aura à éviter pour lui-même , de vouloir paraître pour un génie ou de dévaloriser son/sa coaché/e et d’utiliser son image ou son système de croyances.

Il va sans dire que se faire de la publicité sur le dos de certaines personnes célèbres que l’on a coachées (sans leur accord écrit), n’est pas non plus une option.

(1) Wikipedia (2) Trans4mind network (3) Carl Rogers

POUR ALLER PLUS LOIN

voir les programmes « I’M ENOUGH » de la thérapeute Marisa PEER