COMMUNICATION NON VERBALE

CHANGER POUR VIVRE

Quelles sont les composantes de la communication non verbale ?

« Le coach construit une relation, utilise l’écoute active, agit comme un miroir par rapport aux gestes du/de la client/e, il change de ton et de rapidité dans la voix quand cela est approprié, et connait entre autres, la valeur du silence » (1)

Les yeux sont importants. Le coach regarde le client de façon sympathique, non en inquisiteur. Souvent un regard peut être perçu comme insultant ou dangereux, le coach doit observer attentivement ce qui est confortable pour le /la client/e et si elle/il se sent en sécurité et non « abandonné/e »

La manière de bouger le corps est également importante et l’observation du corps du/de la client/e. le coach doit maintenir une distance confortable pour le client, si le client a besoin d’une accolade, il est important de le faire (de manière professionnelle, sans devenir engagé émotionnellement) et éventuellement une petite tape dans le dos, sinon le client se sentira rejeté.

Le ton de la voix doit être clair pour le coach comme pour le/la client/e. le coach doit être vraiment enthousiaste, encourageant, plein d’énergie et sympathique. Le coach doit écouter avec une très grande attention, la voix du/de la client/e, afin de ressentir les sentiments, les doutes, etc. que le/la client/e va exprimer en parlant. Le silence est aussi un bon moyen pour le client de réfléchir, mais le coach ne doit pas laisser un trop long moment de silence entre deux phrases.

Quels sont les signes non verbaux ?

La position sur la chaise est aussi révélatrice de ce que le/la client/e ressent. Le coach sera proche de ses clients mais pas trop proche pour que ceux-ci se sentent en sécurité.

La position de la tête du coach est importante aussi, la plupart du temps sur le côté, ce qui est une marque de compassion et d’écoute active. Si le client a la tête vers le bas par exemple, il manque d’assurance, a besoin de plus d’estime de lui-même.

Les mots utilisés sont importants également, ils en « disent long » sur notre communauté, nos origines, le contexte, et la vitesse de la parole révèle elle aussi si on est fatigué, calme joyeux, ou si on a peur.

Quel est le rôle de la communication non verbale ?

Les contradictions entre le langage non verbal et les mots seront détectés et observés par le coach pour comprendre les pensées limitantes que le/la client/e a. Le coach ne doit jamais lui-même donner un message prêtant à confusion, il a besoin d’être enthousiaste, authentique, s’amuser dans son travail, et généreux, prendre soin de son client, être bienveillant, donc être honnête et en paix avec lui-même, les humains et le monde.

Souvent les mots ne comptent pas (comme quand on écoute une chanson dans une langue étrangère), le reste est plus important ; les gens vont se rappeler de la présence,  du charisme, de l’émotion ressentie, de l’enthousiasme…

  1. http//www.coachingconfidence.com/

Différences entre questions ouvertes et questions fermées ?

CHANGER POUR VIVRE

  • Les questions ouvertes permettent d’obtenir de longues réponses, plus profondes que celles obtenues par des questions fermées. Elles commencent par Qui, Quand, Quoi, Où, Comment (on évitera, Pourquoi en PNL/hypnose car le client à tendance à rester bloqué sur le pourquoi, et va toujours vers les mêmes solutions qui ne le servent pas). (3)

Ce type de questions permet d’obtenir des réponses également plus ouvertes et avec un supplément d’informations autour de la première question. Les questions ouvertes donnent une étendue très grande d’informations sur le client. « Ces questions ont les caractéristiques suivantes : elles demandent au client de réfléchir et vous refléter le système de pensée de celui-ci, des sentiments, des opinions et vont contrôler la conversation du client. (1)

  • Les questions fermées peuvent donner des réponses d’un mot ou contenant une courte phrase, et sont assez pauvres car elles contiennent une sélection assez courte, traditionnellement oui /non. Et parfois le coach obtient un « Je ne sais pas ». Le coach a besoin de rythmer les séances et peut les utiliser de temps en temps pour laisser le client se « reposer » ou pour le faire revenir à plus d’attention. Elles sont cependant à éviter la plupart du temps, pour ne pas perdre des opportunités d’aider le client. Les questions fermées ont pour caractéristiques de donner des faits, ce sont des réponses faciles, des réponses rapides, et le client dans ce cas garde le contrôle de la conversation.

(1) http// examples.yourdictionary.com

(2) http//examples.yourdictionary.com

http//www.coachingconfidence.com

COMMENT ENCOURAGER SES CLIENTS ?

CHANGER POUR VIVRE

Comment se forment les coachs ?

Premièrement pour encourager ses clients, le coach se forme en se préparant par de solides formations, garantissant ainsi l’éthique et des standards de comportement institués par les associations de coaching en France ou dans le monde (comme ICF). L’objectif d’un coach est de provoquer une étincelle et de « susciter l’excellence chez son client » comme le dit James Flaherty dans un de ses livres. (1)

Donc le coach a besoin de donner des feedbacks positifs.

Deuxièmement, le coach se doit d’être holistique dans sa manière de communiquer avec son client. Les compétences en yoga, philosophie, pédagogie et psychologie, thaï Chi, et méditation peuvent aider le coach dans ses tâches de coaching. Le coach doit avoir de la compassion pour lui-même, afin d’en avoir également pour son client, car ce sont deux humains, mais tout doit rester professionnel et le coach doit être un exemple pour le client (que dire des médecins qui fument ou ne font pas de sport et donnent des conseils qu’ils ne suivent pas ?)

Être un membre d’une association pour la Nature comme Slow life, « les colibris » ou autre aide à voir le monde d’une manière humaniste et non uniquement en termes de compétition, de profit, et à être un humain responsable, généreux qui aime prendre soin des gens et de la Nature… La communication non violente (CNV) est également importante (utilisée par Carls Rogers, Marshall Rosenberg, et Abraham Maslow). (4).(5)

Vivre en harmonie donne de l’harmonie à autrui : «je ne suis pas le pire ni le meilleur, je suis à ma place. ». La tâche du coach est que le client ressente cela aussi.

Troisièmement, il est très efficace de pratiquer « l’écoute profonde », pour le coach de parler peu et d’écouter, de laisser de l’espace au client pour s’exprimer. Et bien sûr ne pas juger est crucial, comme nous l’enseigne les préceptes du HO’oponopono en Polynésie. Dans cette façon de penser on se pardonne en disant » Je t’aime, excuse-moi, je suis désolé, merci ! ». On l’utilise comme un mantra comme en PNL, c’est une façon positive de penser, et où « rien n’est trop grand du moment qu’on le fait ensemble ». (2)

Alpha et Omega

Il est important de soulager les problèmes des clients en utilisant par exemple « les 19 stratégies de s’élever d’Omega à Alpha ». Les employés Omega sont prisonniers des bureaux.

Ils sont les derniers à prendre des initiatives ou à montrer le chemin, ils attendent leur salaire et vivent en autopilotage, comme des robots (ce sont des ressources humaines comme on dirait des ressources matérielles), ressemblant à des zombies, des morts vivants (leur âme, leur joie, leur enthousiasme les ont quittés, ils ont fait le deuil de leur vie, ils vivent une vie d’esclaves des temps modernes (Charlie Chaplin est toujours d’actualité !). Les Omegas ont un manque d’estime, ne veulent pas développer trop de compétences, ou d’intérêt, mais la vérité est qu’ils ne sont pas « arrivés » comme cela dans l’entreprise (ceci est malheureusement aussi valable pour les enfants et les adolescents avec l’école).

Très rarement, une personne arrive dans une entreprise ou à l’école comme un Omega. On l’entraîne à le devenir, entrer dans le moule…

Les Omegas avaient de grands rêves dans leur bureau et voulaient faire toute la différence, mais quelque chose les a transformés. ON peut prendre quelques stratégies pour s’élever d’Omega vers Alpha.

  1. Soyez réaliste avec vous-même
  2. Ayez VOTRE PROPRE AGENDA
  3. Faites ce qui vous fait peur
  4. Pariez et jouez avec votre carrière
  5. Devenez indépendant
  6. Prenez soin de votre corps
  7. Lancez des défis et fuyez les status quo
  8. Évitez tout ce qui est facile

     9. Cherchez l’accomplissement

Ces stratégies donneront de quoi réfléchir aux clients et leur permettront de dépasser leurs pensées limitantes (5)

Enfin, l’utilisation du miroir et de l’ancrage, de la bonne communication, du même rapport de représentation du monde (auditif, kinesthésique ou visuel) et de questions ouvertes aideront le client à se sentir compris et en confiance.

Quelques qualités d’un coach…

Le coach doit être adaptable, flexible et ouvert d’esprit (tout en posant des limites !), par rapport au client ou à l’entreprise. Pour changer le monde autour de nous, nous devons d’abord changer nous-même.

Être en paix, apporte de la paix et de la confiance au client ; un bureau beau et calme est très important.

Il n’y a pas qu’un moyen de trouver la vérité et il n’y a pas qu’une vérité… Le client trouvera son propre chemin : il doit sentir la liberté à l’intérieur de lui-même aussi bien qu’à l’extérieur de lui-même !

  1. Coaching third edition, James Flaherty
  2. HO’opnopono  Hawaian ritual Ulrich Emil Duprée et magazine Meditation n° 6 mai, juin, juillet 2013
  3. Association Les colibris Pierre Rhabi
  4. Sociocraty Gerard Endenburg, Eburon, 1998
  5. http// benfanning.com/19-strategies-to-rise-from-Omega-to-Alpha

COMMUNICATION BILATÉRALE EN COACHING

CHANGER POUR VIVRE

Communication efficace.

Tout d’abord, le coaching est une relation entre deux partenaires, une relation auditive, kinesthésique et visuelle. Le coach doit vivre en pleine conscience, dans sa propre vie et aussi pendant une séance de coaching, c’est sa » présence » qui est importante, son écoute de l’autre.

IL doit être authentique (« congruent » Carl Rogers). Le coach donne de son temps et le client doit être sûr qu’il est bien engagé dans la séance de coaching, car le coach ne fera pas le travail à sa place. (1)

Puis, le coach n’est pas sensé agir comme s’il a toutes les connaissances et le client n’est pas sensé attendre que le coach agisse ou fasse disparaitre tous ses problèmes avec un coup de baguette magique. Le client doit être convaincu qu’il a les réponses et toutes les compétences pour réussir.

Le client doit s’engager dans les séances de coaching et également être dévoué à son succès.

Enfin, le coach ainsi que son client grandissent pendant le processus du coaching. Les deux individus auront plus de chance de réussir s’ils pratiquent un sport, marchent lentement (méditation en marche), regardent le ciel, les étoiles, le soleil, la Nature, la Terre, les forêts, les rivières, et tout ce qui est beau et rafraîchissant du point de vue physique et mental, comme des nouvelles idées et des nouveaux points de vue. La joie est primordiale pour le client autant que pour le coach.

  1. Life in full conscienciousness éd du Ciel : Thich That Hanh

IMPORTANCE DU CONTRAT

CHANGER POUR VIVRE

Qu’est-ce qu’un contrat de coaching ?

Premièrement, il est important d’avoir un contrat écrit en ce qui concerne la durée, le lieu et le nombre de séances, mais également sur ce à quoi s’engage le coach autant que le client. Les modalités de reprogrammation d’un rendez-vous et le payement en avance doivent y figurer ainsi que le fait que le client ne souffre pas de problèmes de santé physique ou mental et n’a pas d’addiction non traitable par du coaching. Dans le cadre du coaching les deux parties doivent respecter leurs engagements, comme dans une relation. Cela donnera une tranquillité d’esprit et une protection aux deux membres de cette relation.

Deuxièmement, le coach sera bien évidemment certifié, et travaillera avec des associations comme AC ou ICF, ou s’ils sont praticiens PNL/Hypnose seront référencés, afin de garantir les meilleures pratiques professionnelles. Le matériel donné par le coach est sa propriété intellectuelle et il ne serait être copié par le client (afin d’être utilisé par lui-même ou donné à un concurrent) et donner par ce dernier sans le recours à une séance avec un coach professionnel. (1)

Troisièmement, le coaching n’est pas rigide donc le contrat apporte de la professionnalité, ce n’est pas un jeu, même si les relations sont conviviales, il s’agit d’un service donné par un coach et d’un travail que le client fait sur lui-même. C’est un engagement, spécifique, de confiance, avec des objectifs et des actions, et des responsabilités. Le coach pourra arrêter les séances s’il ne peut pas traiter les problèmes du client et si le client est vague, n’a pas d’objectifs précis ou personnels (sa famille, sa femme, etc. lui on dit de venir), a besoin de temps pour gérer certaines croyances limitantes, de changer d’avis ou de se perfectionner. (2)

Murielle NUNEZ Coach certifiée

  1. Why have a coaching contract ? Rebecca Seeley Harris
  2. http : // www.coachingnetwork.org.uk

L’ETHIQUE EN COACHING

CHANGER POUR VIVRE

Quels sont les postulats de base du coaching ?

Tout d’abord, nous pourrions utiliser un code de conduite et un contrat de pratique pour coach comme ceux de Curly Martin, pour expliquer ce qu’est ou n’est pas le coaching, ainsi le coach n’a pas besoin de répéter constamment ce qu’il a besoin de la part de son client pour qu’il progresse et ce qu’un coach délivre comme service. Le coach doit aussi expliquer ses objectifs, ses valeurs, ses garanties, sa courtoisie, d’où provient ses informations, ainsi que l’assistance, la justesse, la durée des séances (la première étant d’une heure et demie et les suivantes d’1 heure). Nous pourrions aussi utiliser le site « Coaching avec les autres » (site français, qui collabore avec des entreprises mettant les humains au centre des affaires et où l’économie, l’environnement, les valeurs social et les valeurs sont liées- oui, c’est possible, et il y en aura de plus en plus car le système basé uniquement sur le profit va être de moins en moins pertinent et non rentable). C’est-à-dire présenter ce qu’est un coach en général et se présenter en particulier, qu’est-ce qui fait que notre coaching est unique.

Contre-indications

Deuxièmement, avant de signer le contrat, il convient de vérifier si le client n’est pas malade, physiquement ou mentalement ou n’a pas d’addiction non traitable par le coaching. En effet, dans le cas contraire, le coach devra diriger le client vers un professionnel plus approprié.

Cadre des séances

Troisièmement, le coach doit être respecté et être professionnel, il doit faire attention à certains sujets comme les annulations de séances et la reprogrammation d’un rendez-vous (sauf pour cause médicale avec un justificatif, la séance sera due et elle ne pourra être reprogrammée qu’une fois). Les séances seront payées en avance, au début du mois par exemple, ainsi la personne sera tenue de venir sinon, il y aura toujours une bonne raison pour sauter quelques rendez-vous…La durée des séances est généralement de 6 mois pour du coaching individuel et de 10 semaines pour du coaching de groupe. Les séances sont enregistrées, et le coach doit respecter le secret professionnel. Le client doit donner son consentement ainsi que pour des séances en face à face, des séances de groupes, par téléphone et le nombre de séances par mois et la durée totale des séances.              

Donc avec une brochure, un questionnaire de santé, un premier entretien plus long et un contrat., le client sait ce qu’est le coaching et il développe un rapport de confiance avec le coach.