L’APRES…RESPONSABILITÉ (1)

CHANGER POUR VIVRE COACHING MNUNEZ

On prend les mêmes et on recommence ? En portant un masque ?

On peut essayer de refaire l’Histoire et trouver des coupables. Rien ne sert de ressasser le passé….Il faut agir pour changer nous-mêmes, afin de voir changer le Monde.

Le confinement dans le monde a peut-être évité un mouvement de panique et une ruée vers les boutiques d’alimentation, le pillage des autres magasins (« puisque c’est la fin du Monde , autant en profiter », non c’est la fin d’un « Certain Monde » ). La peur de manquer ou la concupiscence et la jalousie sont souvent mauvaise conseillères.

Cependant il faudrait différencier le climat de peur et de surinformation (sans donner de solutions !) pendant le confinement , la non action/la non information le précédant et le réveil de certaines populations concernant la privation des libertés de choix, de mouvement , de réunion, de pratique de culte ou de loisirs…

Pour ou contre le confinement ?

Là n’est pas la question ! Il a été décidé dans notre pays comme dans beaucoup d’autres….Nous ne pouvons pas changer cela. Le temps imparti au travail a baissé et beaucoup de personnes ont bénéficié du chômage partiel , le déconfinement a apporté une prise de conscience : ai-je toujours envie de faire le travail que je faisais avant ou non, ai-je envie de travailler pour un peu plus que je gagnais au chômage partiel ? Des personnes n’ont pas eu le choix car elles ont été privées d’emploi sans indemnités , ni compensation, ce sont celles très nombreuses en contrats courts et les personnes travaillant sans être déclarées (sans papiers ou par convenance personnelle).Les personnes à leur compte, tous les pans de la Culture ont été privés de revenus.

D’autres personnes ont été obligées de travailler sans arrêt, malgré la maladie, le personnel soignant, les éboueurs , les personnels des magasins d’alimentation et les pharmacies, les commerces de première nécessité.

L’heure est au bilan. Par rapport aux vies sauvées (et sur quoi se base-t-on pour l’affirmer?), fallait-il comme la plupart des pays l’on fait, déclencher le confinement de toute la population ?. Basons nous sur les faits et comparons , regardons les conséquences autres que sanitaires.

L’Histoire le dira

Pour ou contre le port du masque ?

Là n’est pas la question. Tout d’abord relégué à un « nid à poussières /microbes », ne protégeant pas ou peu la personne qui le porte , mais ceux qui sont devant elle, « politesse pour autrui », pour la raison qu’il n’y en avait pas assez pour la population. Puis , obligatoire (sous peine d’amende) , MAIS PAYANT, à changer toutes les 4h, qui entraîne maux de tête, gêne pour marcher et respirer, pour parler , être entendu. Merci aux mairies et associations qui ont distribué ( et distribuent )gratuitement deux (voire plus) masques en tissu à la population.

Le masque en papier est malheureusement nuisible à l’environnement et se retrouve souvent sur les trottoirs ou dans les cours d’eau, forêts etc.. mais on peut mieux respirer et parler , qu’avec un masque en tissu.

Encore une fois, les femmes seront mises à contribution (pour faire les masques en tissu et pour les laver et les repasser pour toute la famille)

Personne n’a ,par contre, émis un quelconque refus à l’usage du savon et du gel hydroalcoolique..(plus cher que le savon , inabordable pour certaines populations)

Ce qui est une question de bon sens.

Pour ou contre la chloroquine ?

Là , n’est toujours pas la question. Il faut se fier aux faits, écouter de vrais scientifiques qui ne sont pas liés à des lobbies pharmaceutiques, qui n’ont pas d’intérêts financiers, qui sont authentiques et sont centrés malades, humains , pas argent , sans scrupules. Il faut se faire soi-même ses propres idées. Rester focalisé sur sa santé et faire pour soi et ses proches ce qui nous semble le plus de bon sens.

Les virus, les microbes sont naturels

La vie, la maladie et la mort sont naturelles , sont liées , il faut aider notre corps à combattre la maladie, de manière naturelle (même si parfois des médicaments peu intrusifs ou la chirurgie sont utiles ).

Il ne faut pas les confondre à la gestion de la guérison , le confinement ,la mise en vente et le port du masque ,la mise en vente du gel hydroalcoolique, la privation de loisirs et de libertés pourtant énoncées dans notre constitution (par décrets et état d’urgence prolongé), à la perte d’emplois, au chômage, aux dépressions voire aux suicides de professionnels, de personnes ne voyant pas d’issue à la situation, à la détresse morale et physique des personnes malades d’une autre maladie que le Covid 19 , que l’on a complètement « oubliées » pendant le confinement, la détresse des personnes seules ou âgées ,privées des visites de leurs proches, pour qui le lien affectif et social prolonge la vie; à la prise de poids de certains qui ont compensé leur angoisse par de la consommation de sucres ou d’alcool . Que dire des violences conjugales ou sur les enfants, accrues pendant ce huis-clos ?

« L’enfer c’est les autres » disait Sartre

Cela peut le devenir ,si nous ne prenons pas notre part de responsabilité… Nous maintenir en bonne santé , en bonne forme physique et mentale , nous appartient.

Ne prenons pas tout pour argent comptant, pour vérité absolue !

Si quelque chose nous irrite ,c’est peut-être que cela touche à une part d’ombre de notre personnalité que nous préférons ignorer.

Restons focalisés sur notre tâche, notre mission de vie, sans nier l’importance des liens avec les autres bien-sûr, mais sans se préoccuper de l’avis ,du regard des autres.

Pensons par nous-mêmes !

Si un problème à une solution , alors il est inutile de s’inquiéter.

S’il n’a pas de solution, s’inquiéter n’y changera rien !