INTENTION ET BUT

10/09/2020. CHANGER POUR VIVRE. COACHING MNUNEZ

C’est l’automne , la rentrée…

Temps pour reprendre un agenda papier ou numérique !

Pour faire un plan d’actions.

Pas de but, pas de croissance !

(« No goals, no growth » :Brendon Buchard)

Donc tous les jours il est vital de se demander : « en quoi cela contribue-il à mon but , à mon intention de vie ? « (et ce à chaque action)

Et tous les dimanches, il est bon de faire une revue de semaine dans tous les champs de sa vie

Pourquoi ?

Pour créer de l’énergie !

  • Mentale (grâce au focus, compétence de plus en plus rare dans notre monde hyper connecté !).

Chaque pensée, actions de la vie quotidienne et personnelle doivent être en harmonie avec votre croissance personnelle et professionnelle, quels que soient vos intentions et vos buts

  • Emotionnelle (focus sur les émotions positives)
  • Reconnaitre les 5 moments où je suis le plus proactif/ve.
  • Cela évite de s’allonger ou de s’assoir mollement pour travailler un sujet pour ses études /sa formation continue ou un projet d’entreprise, habillé/e de manière sportive. En effet le corps et l’esprit ne sont alors pas alignés avec l’intention ou l’action.

Si je fais du sport, je renforce le fait « d’être sportif/ve », pour une satisfaction immédiate et à long terme.

Si j’achète peu de vêtements mais conçus en matières nobles et durables (comme le coton, le lin, le cachemire), ou d’occasion plutôt que de nombreux articles en matières synthétiques, dont je me lasserai vite attendant la « nouvelle collection », je renforce le fait d’être « pour le développement durable et la protection de la planète » pour une satisfaction immédiate et à long terme.

Si je mange des aliments locaux, cultivés de manière raisonnée et sans pesticides, je renforce ma santé et mon alignement à mes valeurs, pour une satisfaction immédiate et à long terme.

Cela est bien différent que de manger un plat préparé industriellment (avec trop d’additifs, de sucre et de sel) un donut ou une viennoiserie et un hamburger (animaux élévés de manière industrielle) et des frites préparées industriellement.

En effet tout d’abord , j’ai faim , j’ai envie de manger cela et donc j’ai une satisfaction immédiate . Mais , ensuite je me dis que je me sens frustré/ée , car ce n’est pas bon pour ma santé ou le régime que j’avais commencé.

La motivation doit venir de nous-mêmes, de manière interne , les régimes entrepris car c’est l’été , pour faire comme les copines ou les copains, par ce que « c’est bon pour la santé  » ne font pas long feu. Si la personne elle-même est convaincue que c’est bon pour sa santé, le régime a toute les chances d’être un succès!

Economiser l’eau ,l’électricité et recycler par ce que « c’est bon pour la planète », d’accord , mais si la personne ne pense pas que c’est bon pour elle aussi immédiatement et à long terme , elle ne changera pas ses (mauvaises) habitudes !