QU’EST-CE -QUE LE POURQUOI ?

15/03/2021. CHANGER POUR VIVRE. COACHING MNUNEZ

Cible

« Le pourquoi » est un concept de Simon Sinek

Tout d’abord, il a réfléchi par rapport à sa propre entreprise, car il était riche, avait une vie apparemment très accomplie, alors qu’il ne se sentait pas à sa place et n’était pas heureux ; il a décidé de se demander pourquoi il faisait les choses. Il a pris la décision de vendre son entreprise, pour en créer une avec laquelle, il serait en parfaite adéquation.

Il a réalisé que les gens n’achètent pas ce que l’on fait, mais pourquoi on le fait.

Même si on ne vend rien, la motivation dans notre vie prend le même chemin. D’où l’idée de demander pourquoi on fait les choses (et est-ce que c’est bon pour moi, ma famille, mes amis, ma communauté, et soyons fous, le Monde et si ce n’est bon pour personne pourquoi est-ce que je le fais)

Si on n’est pas heureux dans sa vie, au travail, en amour, Simon Sinek nous dit de se demander dans chaque domaine :

Si on ne sait pas pourquoi on fait quelque chose, on n’a pas de motivation de le faire.

« Je l’ai toujours fait » n’est pas une option, « je n’ai pas le choix » non plus (on a toujours le choix comme dirait Sartre, ce sont les conséquences de nos choix que l’on ne veut pas subir).

Dès que l’on a trouvé son/ ses pourquoi/s, on peut le partager et inspirer d’autres personnes.

Par exemple, comment expliquer que certaines personnes réussissent où vous échouez ?

Apple vend des ordinateurs comme beaucoup d’autres entreprises…son empire progresse tous les jours alors que ses concurrents stagnent…il propose des téléphones et des I pad, des I touch etc 

Les frères Wright, ont réussi à faire voler un avion, sans moyens financiers ils avaient une boutique de vélos) et sans grandes connaissances techniques. Alors que d’autres très fortunés, qui étaient suivis par la presse et avait recruté les ingénieurs les plus compétents, ont échoué.

Ces personnes pensent et communiquent, d’une façon différente que les autres…

D’habitude les gens disent :

Ce qu’ils font (What)

Comment ils le font (How)

Pourquoi ils le font (Why)

Ils vont de l’extérieur vers l’intérieur (Voir schéma)

Les personnes qui réussissent, disent :

Pourquoi ils font quelque chose

Comment ils le font

Ce qu’ils font

Ils vont de l’intérieur vers l’extérieur (Voir schéma)

Why = Pourquoi. How = Comment . What = Quoi

Apple nous parle de l’univers où vous allez évoluer, de l’apport technologique au Monde et les frères Wright voulaient changer la manière de voyager et le Monde avec leurs avions.

Le Pourquoi n’est pas « gagner de l’argent ou être riche » au bout d’un certain temps cela n’aura plus d’intérêt (Comme l’a découvert Simon Sinek et beaucoup d’autres, même si l’argent ne rend pas heureux, il y contribue, dans ce sens que c’est un moyen, cet outil nous permet de réaliser des voyages, des rêves etc.. Mais amasser de l’argent pour l’amasser a ses limites)

L’argent est le résultat, la cerise sur le gâteau !

Le pourquoi est la mission, le but, la croyance…

Pour aller plus loin, pour chaque domaine se demander 6 fois pourquoi .

A voir : Les vidéos de motivation de Simon Sinek

POURQUOI S’ENGAGER ?

15/02/2021. CHANGER POUR VIVRE. COACHING MNUNEZ

Qu’est ce que l’engagement ?

L’engagement est lié au questionnement sur l’identité, le narcissisme, le deuil voire la mort.

Parfois si l’on pose trop de questions aux autres (qui n’ont pas envie d’y répondre ou ne peuvent pas y répondre , car vos questions  les remettent en question, les forcent à réfléchir , à être dans le présent )

Deux sortes d’engagements

  1. L’engagement est envers soi-même (interne)

Les vraies questions , sont celles que nous devons poser à nous-mêmes :

  • Qu’est ce que je fais sur cette terre ?
  • Quelle est ma mission de vie ? (qui doit être en lien avec nos ressources financières , pour que nous soyons alignés avec nos besoins et nos valeurs)
  • Quelles sont mes passions , qui me font grandir et expriment mon unicité ?
  • Non pas : quel métier je vais faire ? (pour lequel je serai rentable à la société)

Afin de ne pas perdre sa vie à vouloir « la gagner» (on a déjà gagné le droit d’exister en étant né/ée donc « gagner sa vie» supposerait que nous ne sommes pas « assez », digne de vivre et que nous avons une dette envers la société , donc nous devons être dans un moule , travailler dans un métier que la société approuve et non à un métier qui nous comble de joie et d’enthousiasme et surtout nous devons échanger notre temps pour « peu » d’argent en étant salarié.

Si j’ai une motivation interne , je ne suis plus dans le regard de l’autre

Je suis mon objectif, ce qui est bon, juste pour moi.

Ce qui se passe autour de moi , n’atteint plus mon niveau d’énergie ou de motivation, je suis focalisé/ée.

Je suis aligné/ée avec moi-même

2. L’engagement envers les autres (externe)

Les personnes qui travaillent le plus , ne sont pas les plus riches . Etrange , non ???

Ce qui est bon pour la société (de consommation) ne l’est pas obligatoirement pour les humains

A force d’avoir été conditionnés par la société , la publicité, les médias, l’école, le travail , les personnes ne savent plus qui ils sont, ce dont ils ont envie.

Les engagements externes sont très différents des engagements internes, ce qui crée de la confusion, un déni de ses propres besoins, voire du désespoir , des burn-out.

Plus l’investissement financier est grand , plus les personnes restents « fidèles  » à une formation ou un accompagnement , à une psychanalyse .

Les chefs d’entreprises engagés avec des fournisseurs dont ils sont tributaires, et envers quiils ont des dettes,ne peuvent pas les quitter sous peine de faillite

Pourquoi l’engagement ?

Pour désengager les personnes ( médias, marketing).

Si l’on pense qu’ils sont sur la mauvaise piste.

Pour engager les personnes ( les groupes , pilotage de projets, prise de décision)

Kiesler (1971) parle de l’engagement psychologique ,de l’engagement externe qui suppose  que :

  • La personne pense avoir une liberté du choix
  • L’engagement crée un caractère implicite de l’acte
  • L’engagement crée l’irrévocabilité de l’acte
  • L’engagement est d’autant plus grand ,qu’il est visible
  • L’engagement est d’autant plus grand, s’il est répété

Dans des expériences conduites par Joule et Beauvois (1991), des personnes sont contraintes àne pas faire ce qu’elles ont envie de faire (fumer, marcher etc), à dire le contraire de ce que leur dictent leurs valeurs ou à faire ce qu’elles n’aiment pas ( manger un plat répugnant (vers de terre, voir programmes dits de survie »).

Au bout d’un certain temps les « cobayes » justifaient les injonctions externes par des idées venant d’eux-mêmes.

On pourrait également introduire le fait d’annoncer un sentence , une conséquence négative..voire la mort ,en cas de désobéissance.

Les trois repas pris à heures fixes ne sont -ils pas très pratiques pour l’école ou le travail , mais correspondent -ils vraiment aux besoins des humains et tous les jours pendant 365 jours de l’année ?

Utiliser une carte bancaire , plutôt que des pièces et des billets ou des chèques, est ce devenu une habitude que nous avons décidé de prendre ou une habitude qui vient de l’extérieur ?

Qu’est-ce que le principe de naturalisation ?

Principe de naturalisation : resserer les liens entre lapersonne et le comportement et faire en sorte que la personne en vienne à penser que le comportement vient d’elle-même

Qu’est-ce que le principe de dénaturalisation ?

Principe de dénaturalisation : écarter les liens entre la personne et l’action (ex le manager dit à son commercial qui n’a pas remporté le marché ;  » vous n’y êtes pas arrivé car la concurrence a donné un pot de vin à aux clients; alors que la méthode du commercial n’est peut-être pas adéquate)

Au delà de l’engagement…

L’image véhiculée par les Médias porte souvent atteinte à l’homme et à la femme…avec une idée de manipulation , une éthique défaillante et une proposition d’un homme nouveau , proche d’un robot , qui ne pense pas par lui-même,individualiste et consommateur qui n’accorderait que peu de crédits aux buts, aux satisfactions de la collectivité.

Il est vital de/de se redonner un espace d’éphémère , dans le présent.

D’être présent à vous-mêmes, de répondre aux sollicitations extérieures que si elles contribuent à vos buts, vos objectifs , à votre intention de vie.

Pour aller plus loin ,lire les livres de R.V. Joule et J.L. Beauvois :  » La soumission librement consentie » et  » Petit traité de manipulation à l’usage des honnêtes gens »

POURQUOI BRISER LE SILENCE ?

07/02/2021. CHANGER POUR VIVRE. COACHING MNUNEZ

Qu’est ce que le silence ?

Le silence n’est pas l’absence de bruit, tout comme l’obscurité , n’est pas l’absence de la lumière.

Silence et bruit de soi, de l’autre…

Espaces du silence

Dans les villes,le silence est plutôt rare , sauf pendant les restrictions de mouvements et les temps de couvre-feu…

Le silence est utile, tout comme la prise de recul et la méditation, pour rester centré/ée sur ses objectifs et sa mission de vie.

Le silence peut effrayer certains, n’étant pas habitués à cette absence de pollution auditive.

La vie proche de la Nature est ponctuée de ces moments de respiration , de calme, d’attente , d’écoute …

Les temps de silence sont souvent « oubliés », sont souvent les parents pauvres de notre société , obnubilée pour l’action et la (sur)consommation.

Un temps d’arrêt , ponctué de silence(s) , nous aide quand nous sommes pris dans un tourbillon d’actions et de pensées nous entrainant dans la confusion et le mal-être.

Pourquoi briser le silence ?

Parfois, la parole est thérapeutique.

Libérer la parole lorsque l’on a subi un traumatisme est primordial ( certaines victimes ayant été « mises au silence ») .

Le silence peut être un refus de communiquer, un contrôle sur sa vie ou un refus du désir de l’autre.

Silence et Art-Thérapie

En Art-thérapie le silence également est crucial.

« Comment nos pratiques cliniques sont-elles informées par le silence ? Entre acquiescement tacite et impossibilité à dire, le silence revêt des significations différentes et souvent contradictoires. Aussi dans la symptomatologie psychopathologique, le mutisme et la réticence y sont-ils différemment engagés. Au cours du processus psychothérapeutique, le silence peut figurer un excès, marquer un indicible, constituer un équivalent interprétatif. Il peut signifier l’intime du patient et border l’œuvre créée ». (1)

« Le silence a une connotation par rapport à nous, à notre histoire ». Jean-Pierre Royol

L’Art-thérapeute ne cherche pas à faire parler , mais plutôt à permettre au silence d’exister.

Un silence peut être solennel ou mystérieux , voire angoissant.

Un signe de mort.

Un silence peut être le signe d’une approbation ,d’une désapprobation…

D’un aveu, d’un déni…

D’un souffle , d’un essouflement.

Une suspension.

Un moment, un espace déserté…

Le silence est un appel à l’inconnu , est un espace de liberté, de possibles.

Pour aller plus loin: (1) Colloque « le silence » le 16/01/2021 et revue de la SFPE-AT

ART THERAPIE 5

01/01/2021. CHANGER POUR VIVRE. COACHING MNUNEZ

Nouvelle année !

Volonté d’oublier , voire de nier l’année écoulée…comme si on allait se reveiller d’un horrible cauchemar…

Nouvelles résolutions !

Changements !

C’est l’heure des (petits) cadeaux pour les grands , après ceux pour les petits de Noël et des vacances « aménagées » pour certains…

Une bulle de bien-être , de soulagement, de retour aux sources, d’un bain de jouvence et de bonheur, venant clore une année où de nombreux défis ont du être relevés et de multiples peurs dépassées.

Parfois ce n’est pas nous qui avons peur, mais les autres : professeurs, parents, responsables dans les entreprises, dans la société.

Ces personnes empêchent les autres de vivre dans leur unicité et leur refusent le droit de jouir de la vie.

Vous me direz, mais nous n’avons qu’à nous boucher les oreilles, mais peu à peu les phrases d’extrême prudence, de peur ou de négativité, entrent dans notre tête, et s’insinuent dans notre schéma de pensées, et peu à peu nous pensont que ce sont nos propres pensées.

Dans le changement, la nouveauté, il y a toujours une part d’inconnu, il faut laisser une partie de nous s’éloigner, donc il y a une forme de deuil à faire.

La nouvelle année, avec son lot de résolutions non tenues et le « bonne santé » (dit la plupart du temps de façon automatique , sans en mesurer les enjeux) résonne en 2021 d’une toute autre dimension.

2020 et ses crises sanitaire, sociale et financière, poussent la plupart d’entre nous à se réinventer et ce à un très court terme et ce en s’adaptant à de nouvelles règles de vie en société et au travail.

Une prise de conscience a commencé à montrer le bout de son nez…

Une prise de recul s’est ébauchée…envers certains médias et des personnes occupant l’espace public, plutôt en mal de reconnaissance médiatique que pour faire avancer réellement la socièté.

Cette pollution du mental et la confusion que cela entraine , l’urgence de « savoir » créée artificiellement ( les gossips, les « faux »amis , les commentaires , les « on dit » ,les « on dira peut-être « …spéculations , plutôt que faits ) l’encombrent de connaissances non essentielles, de faits insignifiants et de chiffres qui ne sont pas vitaux pour les humains, qui les mettent dans la confusion , qui ne contribuent pas à élever leur conscience , ni à les soutenir dans leurs objectifs et leurs missions de vie.

L’observation de la Nature et l’Art peuvent nous aider à nous recentrer et à nous aligner avec notre nature profonde.

L’Art thérapie est lié à l’éphémère et crée un espace de poésie, de futilité , de rêverie, sujets qui sont de plus en plus relégués, voire paraissant incongrus et réduits à une peau de chagrin, dans un monde où les sens sont sollicités de manière ininterrompue par les écrans ( grignotant même sur nos heures de sommeil).

« L’art, ce n’est pas l’oeuvre en soi

C’est la vie en soi. »

Martine Delsart Schwarz

ART THERAPIE 4

10/12/2020. CHANGER POUR VIVRE. COACHING MNUNEZ

L’hiver arrive , les températures chutent de plus en plus…

Les confinements /déconfinenements et les annonces « stop and go » à répétitions font que l’humeur des populations joue aux montagnes russes, hésitant entre espoir et désespérance, résignation voire désintérêt ou dégoût complet.

Le froid envahit peu à peu le coeur, le corps et même l’esprit qui est stupéfait, « courcircuité »,gelé, endormi.

En effet, on ne peut que constater, la perte de la liberté, le désarroi ressentis par des humains, qui doivent obéir à des injonctions contradictoires et surtout à des ordres qui sont contre leurs valeurs ; par des enfants dans les écoles, dans la société ,où il faut préparer ses études secondaires dès la maternelle ,par peur de « rater sa vie »; par des personnes âgées , en contention dans leur lit ou dans des chaises roulantes, dans certaines institutions ou par des patients dans des hôpitaux, où le personnel n’a pas assez de temps ou de matériel pour respecter leur rythme et leur bien-être.


Heureusement, Noël et les fêtes de fin d’année, arrivent à grands pas et vont un peu combattre la morosité ambiante et apporter leur lot de cadeaux, de rires , de couleurs, de parfums et de saveurs réconfortantes et familières.

La magie commence timidement à agir, le quotidien asphyxiant, aliènant , qui nous vole notre unicité , notre humanité, s’efface peu à peu… Les maisons et les âmes s’illuminent.

Les préoccupations quotidiennes et anxiogènes , laissent place à l’extraordinaire , au superflu, à la poésie, au rêve, à l’imaginaire, à une pause hors du temps !

On s’éloigne de ce qui est commun et habituel, à une certaine chronologie automatique, une pression sociale de produire et d’acheter.

Nous devenons plus attentifs à l’imprévu, à l’exceptionnel , à la poésie, à la beauté.

« Avec la temporalité psychique, Sigmund Freud, nous propose une présentation du rapport au temps inédite , dans laquelle l’homme cherche à se penser tout autant qu’il est pensé par le temps, dans un mouvement qui le fonde comme sujet » (1)

Les êtres reprennent lentement et même si c’est peut-être seulement pour un court laps de temps, leur place de sujets , d’êtres qui pensent par eux-mêmes et pour eux-mêmes.

Il s’opère une transformation, une métamorphose des êtres qui s’extraient du commun , du « moule » , de la masse informe, pour dévoiler peu à peu ce qui ne peut se dire en mots ou s’exprimer en société, ou par le travail , pour partager ce qui leur est particulier, propre : la joie , l’enthousiasme !

Comme un bonheur inattendu !

(1) François Marty « Initiation à la temporalité psychique ». Que serait la temporalité psychique sans l’adolescence ? Psychologie clinique et prospective. Source Internet.

ART THERAPIE 3

10/11/2020. CHANGER POUR VIVRE. COACHING MNUNEZ

C’est l’automne et le brouillard enveloppe les paysages et transforme tout son passage, laissant la part belle à la rêverie et à l’imaginaire.

La création artistique et le « bricolage  » (fait en Art-thérapie , productions d’oeuvres éphémères) permettent de reprendre une vie fantasmagorique à tous âges..

Cette vie si riche s’arrête bien souvent à l’entrée au CP…dans les écoles publiques et dans beaucoup d’écoles privées également.

Il reste encore … quelques traces de cette vie intérieure, mais elle devient « extérieure ».

Les contes , les histoires farfelues et pleines de fantaisies, les poésies, plus tard à l’adolescence ,les histoires d’horreur , l’héroique fantaisie, la science-fiction.

Puis, viennent les visites aux musées, la présence à des concerts , l’écoute de musiques ayant des univers différents, voire la pratique d’un instrument ou d’une discipline artistique.

Rêver est peu à peu devenu un loisir se pratiquant à heures fixes.

La Nature permet encore de révasser…

Les rêves, les fantasmes, l’imagination, la créativité nous éloignent du « moule « , d’une société bien réglée, du « bon citoyen », un être « bien » (mais qui est si différent de la personne et surtout la transforme en quelqu’un d’autre, une personne éteinte et sans joie de vivre ! ).

L’Art est dans le présent et le mouvement et se rapproche de la vie, il symbolise la vie, lui donne un sens.

Apprendre des choses par coeur est il aussi utile aux élèves et aux étudiants que de rester en contact avec eux-mêmes et leur unicité, leurs valeurs , leurs espoirs et leurs rêves ?

Biensûr , il faut bien payer ses charges.. Mais ne serait-il pas possible d’utiliser ses talents et d’apprendre à les commercialiser ?

Sinon, peu à peu on passe à côté de sa vie et on se renie, on nie ses sentiments , ses valeurs, puisque les autres disent savoir mieux que nous ce qui est « bon pour nous » ( et surtout pour la société). Ce qui est important pour la société , ne l’est souvent pas pour les êtres humains , ni la Planète.

La joie s’en va et l’on en vient à trouver suspecte une personne heureuse de vivre (« La joie », Charles Papin).

Certains parents choississent pour leurs enfants….à partir six/sept ans et surtout de l’adolescence , est-ce encore approprié ?

Certaines personnes choississent pour les patients, les personnes âgées. Dans ces cas , l’Art thérapie redonne un souffle , un espace à la créativité et au champ de l’imaginaire.

Chacun devrait s’occuper de sa propre joie plutôt que d’étouffer celle des autres qui nous ferait « de l’ombre », et nous forcerait à nous remettre en question. D’où la jalousie envers des personnes qui réussissent , qui ont du succès.

Soyons pour le respect d’autrui, le respect du choix d’autrui.

Si c’est juste pour moi, c’est bon pour moi.

Parfois, c’est aussi bon pour quelqu’un d’autre mais , c’est à lui/elle d’en juger.

Dans ce cas seulement ,on peut donner sa contribution, sinon , il vaut mieux s’abstenir !

ART THERAPIE 2

16/10/2020. CHANGER POUR VIVRE. COACHING MNUNEZ

La société « cache » bien souvent les personnes âgées, les dénigre , les discrimine…

« Un exercice art-thérapeutique peut réduire le stress , la pression artérielle, diminuer la prise de médicaments et toutes sortes de maladies relatives à l’âge sénior. » (1)

Biensûr , avoir 50 ans en 1800 , n’est pas la même chose que 50 ans en 2021, il y a 40 ans on parlait du troisième âge , maintenant on parle égalment du quatrième âge , et de nombreux enfants connaissent ou ont connu au moins un de leurs arrières-grands-parents.

De nombreuses personnes sont encore en très bonne forme à 60 ans voire plus tard… La retraite peut être très active également professionnellement , comme socialement.

« L’idéal ( pour la seconde période de la vie ) est de connaitre les cycles de la vie des papillons » (1) : un oeuf se transforme en chenille qui mange les feuilles de son entourage et puis le papillon appraitra après la chrysalide…..

Qu’est-ce que la peinture antrhopomorphique ?

L’art anthropomorphique ouvre sur des imaginaires extraordinaires.

On peut y observer des animaux aux vêtements et aux comportements humains…

Pour l’illustrateur ou l’Art thérapeute , il y a toujours une réelle adéquation entre les animaux choisis et les personnages qu’ils incarnent.

Le papillon est tout particulièrement intéressant pour les personnes âgées , il permet le « bricolage » , les productions éphémères, les collages de photos et de mots, les essais de matières ou de récits.

Le terme « anthropomorphique » vient de « anthropos » homme et « morphe » (forme).

Entrer dans la vieillesse, signifie souvent , ne plus avoir de travail rémunéré , donc pour beaucoup , une perte dune partie de leur identité. Certains compensent en étant très actifs dans le bénévolat.

Biensûr , il y a la reconnaissance , mais ce n’est pas la même chose qu’un salaire.

Si tout ce qui est numérique est loin des préoccupations de la personne âgées voire entraine un stressou de la confusion, l’isolement peut être perçu comme très fort.

Il y a une perte des repères (perte dutravail, du /de la conjoint/e, du réseau d’amis , perte du sentiment de sécurité dû à la perte de certains sens (audition, vue etc), de la tonicité musculaire.

Cependant, D.W. Winnicott explique que » le sentiment de puissance ou d’impuissance est lié à la relation que la personne a avec le monde et pas seulement aux données objectives de capacité « 

(1) « Art thérapie dans les maisons de retraites » , sous la direction de J.P. Royol édition PROFACOM. 2015

Voir livres de D.W. Winnicott :  » La nature humaine » ,  » Jeu et réalité » etc

ART THERAPIE 1

10/10/2020. CHANGER POUR VIVRE. COACHING MNUNEZ

« L’être humain est en étroite relation avec le domaine de la Culture »

J.P. Royol

Or, l’Art et la Culture ont beaucoup été malmenés depuis un an….

Que reste-il à un humain qui est confiné ou doit rentrer chez lui à 20h ou 18 h, après son travail et un trajet en voiture ou en transports en communs ?

La solitude.

L’Art , la Culture , les loisirs et le sport permettent de vivre , voire de survivre dans un monde de plus en plus déhumanisé.

L’Art et la Culture sont essentiels à la vie , à l’âme.

Nous ne sommes pas des animaux, n’ayant que des besoins primaires.

Nous nous nourrissons également d’Art et de Culture !

L’éducation, l’Art et la Culture sont essentiels pour les jeunes et les moins jeunes , ainsi que les relations humaines en « chair et en os », pas au travers d’un écran ou d’un téléphone.

Le group de rock français Téléphone chantait dans les années 80 , « Hygiaphone » et nous décrivait un monde avec « personne au bout du fil »….

Les relations humaines font partie intégrantes de la vie.

Ce que l’on reprochait à certaines entreprises a déteint sur les sociétés du Monde entier.

La mort fait partie de la vie. La vie est faite de cycles et est un éternel recommencement. Seule l’impermanence est permanente.

La peur détruit la vie.

L’Art et la Culture permettent de vivre intensément le moment présent et de rester focalisé/e, concentré/ée sur ce qui est le plus important pour un humain :

LA VIE !

Restons centrés sur notre individualité, notre unicité, notre subjectivité, notre humanité, observons la Nature et notre nature.

Dans « Art thérapie en maisons de retraite  » édition PROFACOM, il est écrit « les Arts ouvrent de nouvelles possibilités auxquelles les personnes âgées peuvent participer et interférer de façon active dans leur propre processus de métamorphose de vie ».

Les personnes « qui commencent à vieillir » (même si on vieillit dès notre naissance) sont confrontées à des changements qui se produisent dans la zone du corps et dans la sphère mentale (surtout si , » à la retraite » , on ne voit plus personne , on mange des plats préparés industriellement, on est devant la télévision ou l’ordinateur toute la journée, on a cessé de travailler et on ne fait plus de sport , ni d’activité comme du bénévolat, et que les enfants ont quitté le « nid »).

L’on subit alors des pollutions du point de vue du corps (aliments tranformés , non vivants comme les fruits et les légumes et produits à l’aide de pesticides) et du point de vue de l’esprit ( programmes violents ou avec des meurtres ,informations anxiogènes, potins futiles des réseaux sociaux, qui n’élèvent pas l’âme , mais l’avilissent) et pour peu qu’ils aient succombé aux sirènes de la surconsommation, certaines personnes agées commandent à tout va sur Internet, pour combler le vide qui les oppresse).

Sortons dans la Nature, faisons du « bricolage » , essayons -nous à la Culture, à l’Art (Concerts et expositions en tous genres sur Internet et à la Télévision, pour l’instant ), à la sculpture, à la pâte à modeler, au dessin , à la peinture, au crochet, au jardinage, que sais-je ?

Profitons de l’instant présent !

INTENTION ET BUT

10/09/2020. CHANGER POUR VIVRE. COACHING MNUNEZ

C’est l’automne , la rentrée…

Temps pour reprendre un agenda papier ou numérique !

Pour faire un plan d’actions.

Pas de but, pas de croissance !

(« No goals, no growth » :Brendon Buchard)

Donc tous les jours il est vital de se demander : « en quoi cela contribue-il à mon but , à mon intention de vie ? « (et ce à chaque action)

Et tous les dimanches, il est bon de faire une revue de semaine dans tous les champs de sa vie

Pourquoi ?

Pour créer de l’énergie !

  • Mentale (grâce au focus, compétence de plus en plus rare dans notre monde hyper connecté !).

Chaque pensée, actions de la vie quotidienne et personnelle doivent être en harmonie avec votre croissance personnelle et professionnelle, quels que soient vos intentions et vos buts

  • Emotionnelle (focus sur les émotions positives)
  • Reconnaitre les 5 moments où je suis le plus proactif/ve.
  • Cela évite de s’allonger ou de s’assoir mollement pour travailler un sujet pour ses études /sa formation continue ou un projet d’entreprise, habillé/e de manière sportive. En effet le corps et l’esprit ne sont alors pas alignés avec l’intention ou l’action.

Si je fais du sport, je renforce le fait « d’être sportif/ve », pour une satisfaction immédiate et à long terme.

Si j’achète peu de vêtements mais conçus en matières nobles et durables (comme le coton, le lin, le cachemire), ou d’occasion plutôt que de nombreux articles en matières synthétiques, dont je me lasserai vite attendant la « nouvelle collection », je renforce le fait d’être « pour le développement durable et la protection de la planète » pour une satisfaction immédiate et à long terme.

Si je mange des aliments locaux, cultivés de manière raisonnée et sans pesticides, je renforce ma santé et mon alignement à mes valeurs, pour une satisfaction immédiate et à long terme.

Cela est bien différent que de manger un plat préparé industriellment (avec trop d’additifs, de sucre et de sel) un donut ou une viennoiserie et un hamburger (animaux élévés de manière industrielle) et des frites préparées industriellement.

En effet tout d’abord , j’ai faim , j’ai envie de manger cela et donc j’ai une satisfaction immédiate . Mais , ensuite je me dis que je me sens frustré/ée , car ce n’est pas bon pour ma santé ou le régime que j’avais commencé.

La motivation doit venir de nous-mêmes, de manière interne , les régimes entrepris car c’est l’été , pour faire comme les copines ou les copains, par ce que « c’est bon pour la santé  » ne font pas long feu. Si la personne elle-même est convaincue que c’est bon pour sa santé, le régime a toute les chances d’être un succès!

Economiser l’eau ,l’électricité et recycler par ce que « c’est bon pour la planète », d’accord , mais si la personne ne pense pas que c’est bon pour elle aussi immédiatement et à long terme , elle ne changera pas ses (mauvaises) habitudes !

LOIS DE LA NATURE ET FREINS

CHANGER POUR VIVRE. COACHING MNUNEZ

Les lois de la nature régissent nos vies, même si l’on n’en a pas conscience ou que l’on essaie d’y échapper.

Loi de gravitation

Lors de l’hypnose ( et de l’autohypnose) la répétition, , comme un air de musique entêtant, les chants rituels.

Produit par les habitudes (facilité, zone de « connu » , dit « de confort »), l’esprit est sensé nous protéger de la mort , mais l’organisme s’adapte aux nourritures industrielles et aux pollutions mentales.

Loi d’attraction

Si une personne craint la pauvreté et imagine des scénarios catastrophe, elle va attirer la pauvreté…Elle est dans le manque , le vide ( capitule avant d’essayer, essaie une fois puis abandonne, ne persévère pas) et elle va attirer le vide et non l’abondance.

Si une personne s’attend à de l’abondance, de la richesse, des cadeaux de l’existence, est dans la confiance… Elle attirera la richesse et l’abondance matérielle et financière (en agissant, en faisant des choix, en ayant des objectifs précis, pas juste en jouant au Loto ou en faisant une prière ! )

« Qui sème le vent récolte la tempête » dit-on

Les vertus sont-elles utiles ?

Le fait d’être bon, d’avoir un sens moral, d’être perfectionniste, bienveillant ne veut pas dire que l’on réussira. Si l’on est parallèlement dans la plainte, dans le doute, le passé, l’attitude de victime ou de bourreau (voir articles précédents).

Nous sommes dans une situation où nous devons être, à cause/grâce à nos actes, nos pensées (et nos peurs aussi) pour progresser.

Nos actes sont issus de nos pensées. Nos pensées sont liées à nos émotions.

Malheureusement les pensées qui nous tirent vers le bas, le pire de nous-mêmes (peur, haine ,cupidité etc) sont plus puissantes que les pensées aidantes (désir, foi, enthousiasme).

La personne qui fait des choix , n’attend pas que les opportunités soient placées sur son chemin , elle les crée afin qu’elles correspondent à leurs désirs et à leurs demandes à la vie,à l’Univers.

Il ne s’agit pas de nier les misères du Monde, la faim et les guerres, mais de se focaliser sur ce que nous pouvons changer , c’est à dire nous-mêmes et nos pensées , ainsi que nos comportements.

Les dépressions et les crises mondiales ont brisé les habitudes des femmes et des hommes et ont redistribué les sources d’opportunités dans tous les milieux sociaux, à une échelle sans précédent (voir articles sur le confinement).

L' »alibi » préféré de celui qui doute pour expliquer sa position indésirable est un cri de désespoir contre un (certain) Monde/ une société(à réinventer)/ un système (obsolète) qui n’offre plus d’opportunités.

Si les lois de la Nature sont niées…

Si le rythme de répétition , hypnotique n’est pas utilisé consciemment , il le sera inconsciemment à votre détriment., pour atteindre des fins non désirées consciemment , mais que votre esprit pense en accord avec ce que vous avez énoncé).

La nature contraint les animaux, les arbres, les humains à certains comportements pour survivre.

Pour changer , il convient de changer d’environnement, de travail, voire d’espacer/ de cesser ses relations avec certains collègues , amis , membres de la famille toxiques, afin de ne plus avoir peur, de ne plus souffrir.

Pour changer , il faut quitter ce qui est mauvais pour nous , pour notre croissance et notre confiance en nous en la Vie et aller vers ce qui est bon.

Pour changer, la méditation , le yoga, l’habitude de surveiller ses pensées négatives , afin de les reconnaître et de les rediriger, après les avoir accueillies puis avoir calmé l’enfant craintif qui est en nous , l’adulte que nous sommes étant là pour le rassurer.

NOTA : Les idées énoncées dans mes articles ne sont en rien pour juger ou blâmer autruimais pour expliquer les processus psychologiques.