BLÂMER LE PASSE EST-IL UTILE ?

CHANGER POUR VIVRE

Quelle position adopter face à quelqu’un qui blâme son passé ?

La position du coach par rapport à un client qui souhaiterait blâmer/accuser son passé, le rendre responsable de ses problèmes.

Cette situation peut suggérer que le client n’est prêt ni pour changer, ni pour les sessions de coaching. Le coach doit donc être prudent et vérifier cela pendant toute une session. Il peut utiliser les modèles de I CAN DO et GROW, ainsi que le cadrage/ recadrage (voir les autres articles Coaching MNunez) et également faire une liste précise des objectifs du client.

Le coach peut également utiliser la spirale en escalier (concept en PNL du docteur Clare Graves) : les types des personnes sont liés à des couleurs selon les pensées qu’elles ont, à certains moments de leur vie. Être conscient de cela et également du triangle de Karpman, avec le rôle du martyr dans lequel certains clients voudraient se complaire ou sont prisonniers ; le coach pourrait avoir affaire aux pensées limitantes de son client. En fait le » passé » peut vouloir dire : les vieux schémas dans lesquels le client est pris, ou le fait que « ce sont les parents, l’ex-partenaire, le voisin, l’école etc.. » qui sont « les responsables » selon le client de sa (mauvaise) situation présente. Le coach peut parler du passé avec son client, mais juste au début des premières sessions pour voir si le client n’a pas de soucis, qu’il ne peut traiter. Le coach ne doit s’intéresser qu’au présent et aux actions et objectifs à réaliser dans le futur.

Le Modèle Milton peut aider ce type de client.

Le modèle Milton peut aussi aider les clients à se comprendre que le chemin sur lequel il est et que sa manière de fonctionner /de penser n’est pas efficace : si le coach est « artistiquement vague », le client donnera lui-même des réponses et des sens à des phrases peu claires, cela lié à ses valeurs et ses pensées.

Si vous êtes parent, le fait de toujours vérifier que vos enfants disent que « ce n’est pas leur faute », ne suffit pas. « Mon avis aux parents : ne pas se disputer et juste se focaliser sur la responsabilité » (1)

Particularité française.

Dans la société française malheureusement, ce trait de blâmer l’autre est très récurent (trafic, entreprises, administrations etc), ce qui fait que la France n’avance pas vite avec le Progrès, la Mondialisation, l’Education ou l’Ecologie…

En conclusion, blâmer le passé n’est pas une option en coaching, le coach doit débusquer cette manière de penser pour lui-même et son client. Nous pouvons nous demander à nous-mêmes avant de gérer les clients si nous pensons toujours par rapport au passé, et si nous sommes persuadés que nous savons tout sur tout une fois pour toute et que nous avons tout le temps raison ( voir Laurence Aubourg , coach et Miguel RUIZ , auteur mexicain de 5 accords Toltèques).

(1) Empoweringparents.com/How-to-Teach-Your-Children-to-Start-Taking-Responsibility