COMMENT AVOIR UNE TRES BONNE IMAGE DE SOI ?

CHANGER POUR VIVRE

Qu’est-ce que l’image de soi ?

« Entre 3 et 24 mois mois, l’enfant commence à être conscient que l’image qui est dans le miroir est la sienne. L’idée de l’image de soi est une image mentale , qui est généralement très résistante au changement  » 1

Votre image de vous-même est en général , une accumulation de plusieurs attitudes et d’opinions d’autres personnes entendues au cours de votre vie, depuis que vous êtes né/e. Puis peu à, peu celle-ci est devenue une image enregistrée dans votre subconscient. C’est le concept de qui vous penser être. Puis, qui vous croyez que vous êtes (ce que vous pensez de vous-même) et les deux déterminent ce que vous pensez être capable d’ accomplir.  » Ces 3 types peuvent ou non être des représentations adéquates d’une personne. Toutes , quelques unes ou même aucunes peuvent ne pas être vraies. » 1

« Commençons par qui vous pensez être, cela dépeint non seulement les détails qui sont potentiellement disponibles lors d’une enquête ( comme votre taille , votre poids-qui peut changer, vos cheveux- qui peuvent changer , la couleur de votre peau, votre genre-qui peut changer, votre Q.I., etc) » 1

Cette partie de l’image de soi résulte de ce que pense les autres de vous. Vous pouvez donc avoir une » pauvre image de soi, une image de soi très floue, une image de soi de victime ». Faire des exercices d’endurance peut vous forger une meilleure image de vous-même: par exemple vous pouvez pratiquer un sport , la méditation et certaines personnes résistent aux drogues et à l’alcool .

D’autres définitions .

 » L’approche humaniste nous enseigne que les couches de l’image de soi sont composées de concepts uniques pour chacun.

L’image de soi ou de sa valeur est ce que l’on pense à propos de nous-même. Docteur Rogers nous disait que les sentiments sont développés pendant la petite enfance et sont formés à partir des interactions entre l’enfant , le père et la mère.

« L’image de soi est très importante en ce qui concerne notre santé. En effet , celle-ci a une influence sur l’image de notre corps et sur notre personnalité intérieure. A un niveau plus simple, nous pouvons nous percevoir comme « une bonne ou une mauvaise » personne, belle ou laide. L’image de soi a un effet sur ce que pense et la manière d’agir qu’à une personne,dans le monde. » 3

Poursuivons avec qui vous pensez être . L’image de soi résulte aussi de ce que chaque individu voit en lui ou elle-même et également des choses apprises à l’occasion d’expériences personnelles. Ceci est ce qui l’on pense être donc notre self-concept. Ce concept est une collection de traits que nous reconnaissants comme faisant partie de notre ego et de nos domaines archétypaux; par exemple on peut reconnaître des qualités comme faisant partie de notre personnalité , telles être patient, beau, courageux, amusant, talentueux, chanceux ou ayant beaucoup de réussites.

Comment développons nous cette image ?

Nous développons notre self-image en identifiant certains traits particuliers comme étant « les nôtres ».

Ce processus d’ identification apparaît de différentes manières :

  • Tout d’abord, par l’observation de nous-mêmes. Par exemple, quand on observe un jour où l’on est en colère , on peut en déduire : « je suis une personne en colère ».. Spécialement si on est jeune, on on aussi s’identifier à des modèles, des héros, des parents ou d’autres personnes que nous voudrions imiter. Mais , à mesure que nous devenons un /une adulte, nous reconnaissons notre propres qualités et nous abandonnons peu à peu celles que nous avions adoptées de l’extérieur.
  • Puis, « en externalisant les jugements des autres. Une simple définition de la self-image de quelqu’un est sa réponse à la question  » que pensez-vous que pensent les autres à propos de vous ? La self-image est donc le résultat de ce que l’on perçoit que les individus pensent de nous. Bien sûr ,on devrait dire si on est adulte : « Mais? La manière dont me perçoivent les autres n’a AUCUNE importance, seule compte ma propre perception, la manière dont je me vois. »Ce n’est souvent pas le cas….

Image de soi et société

On observe comment les gens répondent à nos actions.Surtout car la partie sociale est importante, le fait de  » pouvoir être dans la norme  » nous donne , pensons -nous, une place dans la société .. Nous ne vivons plus en tribus où la mort attendait celui ou celle qui était différent/e, donc nous pouvons nous éloigner de ce modèle.. Notre image dit-elle que nous sommes sympathiques,séduisants ou populaire ? Cela peut différer selon les réponses données par les parents, les professeurs ou les amis (donc cela devrait nous faire réfléchir , et que seul ce que nous pensons de nous même est important à notre croissance, et à notre libre arbitre, tout le monde n’est pas obligé de nous apprécier et il y aura toujours quelqu’un pour nous critiquer…l’important est de penser que nous sommes « assez » , que nous méritons notre place sur Terre comme nous sommes , nous sommes parfaits…La plupart des formations de développement personnel font payer TRÈS CHER des personnes qui doutent de leur estime et sous couvert de leur rendre celle-ci, les rendent dépendantes de leurs programmes qui servent de béquille… et bien entendu le but est de maintenir ces personnes-tout en prétendant le contraire, dans cette dépendance ). Des formations sont nécessaires à notre croissance, mais il faut se méfier des formules miracles.

Interprétations.

C’est souvent notre interprétation de ce que les personnes disent qui reste dans notre mémoire, par exemple un jour où nous sommes de très bonne humeur , quelqu’un nous critique et l’on rit…le lendemain où tout semble aller mal , on lui crie dessus , alors que la personne a dit exactement la même chose. L’important est donc de maîtriser , de contrôler les répercutions qu’ont les apports extérieurs sur nous et de les réduire au plus simple appareil…Pour rester dans notre zone personnelle, aligner avec nous même, serein , entier, calme, sûr de nous, à la manière des bouddhistes. les émotions sont importantes , mais ne doivent pas nous submerger. Par exemple si des parents ou des patrons disent que vous êtes « un mauvais enfant » ou « un mauvais employé « , on peut se dire que c’est vrai ou que ces parents ou ces patrons sont abusifs.

« L’image de soi est ce que nous pensons être une collection de traits dont les autres nous affublent. Si je pense que les autres me trouvent intéressant, je vais l’accepter et nous allons le croire (d’où les déconvenues des artistes entourés de pique-assiettes et d’hypocrites se prétendant des amis, ou alors nous pensons être intéressant et les autres pensent que nous sommes ennuyeux!). L’image de soi est aussi liée au statut , avec les objets sensés montrer aux autres qui nous sommes…notre entreprise, notre salaire, notre maison , nos vêtements, notre voiture « (2), l’école que nos enfants fréquentent.

L’abondance, l’argent sont importants certes , mais pour nous permettre d’avoir des expériences ou d’aider les autres , de faire la différence, de laisser un héritage humain, social, grâce à une fondation , des écoles , des donations et non pour étoffer une pauvre image de soi que nul objet ou chiffre sur un compte en banque ne pourra redorer.

En fait, CE QUE VOUS PENSEZ ETRE CAPABLE D’ACHEVER, ( j’ai décidé d’écrire un livre , et ? je l’ai écrit. OK, j’écris depuis 30 ans mais décider de tout condenser dans un livre est une autre chose…)

Qu’est ce que le O.D. ?

On peut apprendre le O.D. ou le développement des organisations , montrer que les gens s’adaptent et apprennent (la plupart du temps à mentir et à tricher , l’important est de ne pas se perdre soi-même , ce qui est bien difficile, le choix est souvent de partir AVANT de ne plus se reconnaître et de faire trop de compromis qui mettent en péril notre vie physique ,mentale ou professionnelle…) c’est un système adaptatif qui est positif s’il suit les lois du marché en restant éthique…

Le coaching est adaptatif , dans la limite de la loi et de l’éthique.

Argyris et Schön (1978) ont été les premiers à proposer des modèles qui facilitent les apprentissages des organisations. Ils ont proposé cela en lien avec les concepts de Gregory Bateson en ce qui concernent un premier et un deuxième ordre d’apprentissages. Dans la première boucle d’apprentissage , les individus, les groupes, et les organisations modifient leurs actions selon les différences entre les résultats attendus et ceux obtenus. Dans la deuxième boucle d’apprentissage, les entités ( individus, groupes et organisations) questionnent les valeurs , les préjugés,les assomptions, et les polices /processus qui ont conduit aux actions à la base. S’ils sont capables de voir ceux-ci et de les modifier, la deuxième boucle d’apprentissage aura eu lieu. La deuxième étape est celle qui va apprendre de la première étape…

Une approche de l’image de soi en coaching, apporte un autre point de vue.

« Le moi idéal est celui que vous voulez être. Il englobe vos buts, vos ambitions dans la vie, il est dynamique et évolue sans cesse. Le moi idéal de l’enfance , n’est pas celui de nos années d’adolescence , ni celui de notre âge adulte… »(3) nous changeons et le monde , les technologies également.

Donc, il est très important pour le coach d’avoir fait un travail sur lui-même et d’avoir une très bonne image de lui-même et une bonne estime de lui-même également, afin d’être efficace, calme, bienveillant, sans utiliser des stéréotypes ou des préjugés et de rester parfaitement focaliser/centrer sur le client et non sur lui-même ou sur ses propres problèmes.Comme par exemple certains professeurs peu professionnels qui se montrent arrogants et traitent les étudiants jeunes ou adolescents de manière très négative, afin de prouver leur supériorité intellectuelle. En effet, le public étant plus faible concernant l’image de soi et sensible aux critiques à ces âges , il faut plutôt préserver une bonne relation avec ses élèves ou étudiants , plutôt de jouer au coq.

Le coach aura à éviter pour lui-même , de vouloir paraître pour un génie ou de dévaloriser son/sa coaché/e et d’utiliser son image ou son système de croyances.

Il va sans dire que se faire de la publicité sur le dos de certaines personnes célèbres que l’on a coachées (sans leur accord écrit), n’est pas non plus une option.

(1) Wikipedia (2) Trans4mind network (3) Carl Rogers

POUR ALLER PLUS LOIN

voir les programmes « I’M ENOUGH » de la thérapeute Marisa PEER