POURQUOI BRISER LE SILENCE ?

 

POURQUOI BRISER LE SILENCE ?

07/02/2021. CHANGER POUR VIVRE. COACHING MNUNEZ

C’est un besoin vital !

Libérer la parole lorsque l’on a subi un traumatisme est primordial ( certaines victimes ayant été « mises au silence ») .

Le silence peut être un refus de communiquer, un contrôle sur sa vie ou un refus du désir de l’autre.

 

 

Qu’est ce que le silence ?

 

Le silence n’est pas l’absence de bruit, tout comme l’obscurité , n’est pas l’absence de la lumière.

Silence et bruit de soi, de l’autre…

 

Espaces du silence

 

Dans les villes,le silence est plutôt rare , sauf pendant les restrictions de mouvements et les temps de couvre-feu…

Le silence est utile, tout comme la prise de recul et la méditation, pour rester centré/ée sur ses objectifs et sa mission de vie.

Le silence peut effrayer certains, n’étant pas habitués à cette absence de pollution auditive.

La vie proche de la Nature est ponctuée de ces moments de respiration , de calme, d’attente , d’écoute …

Les temps de silence sont souvent « oubliés », sont souvent les parents pauvres de notre société , obnubilée pour l’action et la (sur)consommation.

Un temps d’arrêt , ponctué de silence(s) , nous aide quand nous sommes pris dans un tourbillon d’actions et de pensées nous entrainant dans la confusion et le mal-être.

 

Pourquoi briser le silence ?

 

Parfois, la parole est thérapeutique.

 

Silence et Art-Thérapie

 

En Art-thérapie le silence également est crucial.

« Comment nos pratiques cliniques sont-elles informées par le silence ? Entre acquiescement tacite et impossibilité à dire, le silence revêt des significations différentes et souvent contradictoires. Aussi dans la symptomatologie psychopathologique, le mutisme et la réticence y sont-ils différemment engagés. Au cours du processus psychothérapeutique, le silence peut figurer un excès, marquer un indicible, constituer un équivalent interprétatif. Il peut signifier l’intime du patient et border l’œuvre créée ». (1)

« Le silence a une connotation par rapport à nous, à notre histoire ». Jean-Pierre Royol

 

L’Art-thérapeute ne cherche pas à faire parler , mais plutôt à permettre au silence d’exister.

 

Un silence peut être solennel ou mystérieux , voire angoissant.

 

Un signe de mort.

 

Un silence peut être le signe d’une approbation ,d’une désapprobation…

 

D’un aveu, d’un déni…

 

D’un souffle , d’un essouflement.

 

Une suspension.

 

Un moment, un espace déserté…

 

 

Le silence est un appel à l’inconnu , est un espace de liberté, de possibles.

 

 

Pour aller plus loin: (1) Colloque « le silence » le 16/01/2021 et revue de la SFPE-AT

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *