LES QUESTIONS EN COACHING

CHANGER POUR VIVRE

Les compétences du coach à pouvoir écouter de manière active et celles de pouvoir des questions sont cruciales pour les sessions de coaching.

Tout d’abord, le coach ne donne ni avis , ni instruction, le client doit découvrir les choses essentielles à propos de lui-même , sans être diriger. le coach l’accompagne dans son voyage , mais ne le guide pas. A l’aide de questions puissantes le coach fait progresser les clients. Pour éviter que les clients se sentent inconfortables face à ces questions , le coach doit lui expliquer comment les sessions de coaching fonctionnent. Les mots, le langage et les effets de ceux-ci sur la relation doivent être étudiés.

Ensuite, les questions posées sont différentes de celles que l’on pourrait utiliser dans la vie quotidienne: comme « quelle heure est-il ? par exemple. Le coach ne cherche pas des réponses ou des informations de cette façon. Ses questions sont ouvertes : elles n’invitent pas à répondre par « oui » ou par « non ». Questions commençant par : comment ,combien, où ,quoi, qui, quand, seront utilisées.

Quand elles sont utilisées au bon moment, et dans le bon contexte, ces questions ont plus d’impact que les questions habituelles.

Enfin, regardons quelques exemples donnés par Robert Neely ( life coach depuis plus de 10 ans)

 » Sur une échelle de 1 à 10… ?

C’est la question que j’utilise le plus régulièrement . Cela aide pour vérifier dans quel état se trouve le coaché et également pour vérifier des observations, des conclusions.

Cela permet aussi de reconnecter le client à son état interne, ce qui est plus précis que de demander seulement comment vous sentez-vous?

Qu’est ce qu’il serait arriver , si vous aviez…?

Le format de cette question permet de recadrer une personne qui démontre qu’elle ne peut pas faire une chose. Certains clients sont bloqués en mode « impossible », « difficile pour eux » ou « pas quelque chose qu’ils font ». Un mouvement de recadrage permet de passer outre le fait « de ne pas être capable de  » et ainsi d’arriver à faire cette chose.

La réponse peut-être : « mais je ne peux pas !! », on peut recadrer une deuxième fois en disant : » imaginez que cela est déjà arrivé, que se passe -t-il maintenant ? Le fait de penser ici et maintenant stimule la physiologie du résultat…Et quand le client commence à considérer le résultat et à discuter les options , les possibilités pour améliorer le processus…il commence à rendre ce qu’il pensait « impossible » faisable dans la « vraie » vie. A ce moment on peut poser des dates pour les objectifs , pour ancrer cela.

En effet , cette question change l’état interne des clients, au coach de la poser quand il pense que les coachés sont prêts.

Qui pensez-vous a fait cela ?

Cette question permet de créer une ouverture dans le processus de libération d’une croyance limitante.

Une personne qui est bloquée dans « l’impossible » ou « je ne peux pas  » , peut avoir l’opportunité de se voir offert une invitation à s’identifier à quelqu’un qui peut et fait l’action crainte. Le fait que quelqu’un d’autre soit capable de le faire, montre la voie au client. le client va se mettre à sa place en utilisant ses perceptions sensorielles. En explorant son état intérieur en imaginant l’action possible, ses croyances limitantes vont commencer à disparaître.

J’aimerais que vous imaginiez…

Ce n’est pas une question , mais plutôt une invitation à créer des options. Si quelqu’un est « bloqué » , il peut être utile de l’ emmener vers un lieu où il ne sera pas « bloqué » ou si on veut mettre en place des objectifs , cette invitation est très efficace et puissante, car elle utilise le subconscient et permet d’accroître les possibilités.

Et pourquoi est-ce important ?

Si l’on veut identifier les valeurs en jeu dans une situation donnée, cette question les fait faire surface. Le coach a besoin de poser cette question plusieurs fois pour avoir une authentique et interne valeur. » (1)

Mais, parfois on peut utiliser des questions fermées,

comme celle de l’acronyme G.R.O.W. , elles jouent aussi un rôle important, elles peuvent être rapides , mais sont en général moins efficaces et apportent moins de bénéfices que les questions ouvertes