THÉRAPIES VERSUS COACHING

CHANGER POUR VIVRE

Différences entre thérapies et coaching

Les thérapies sont souvent comparées au coaching… Voyons les différentes (très grandes) existant entre ses deux approches.

Pour commencer, la psychanalyse est la plus ancienne thérapie ( inventée au XIX° siècle ,par Sigmund Freud, médecin, neurologue et psychanalyste autrichien, puis qui a eu une direction différente grâce à Jung , son associé ) , elle consiste pour le patient à parler , et pour le psychanalyste à parler le moins possible , en intervenant peu , seulement pour laisser le patient répondre lui-même à ses propres questions et cette thérapie s’intéresse aux problèmes psychologiques et au passé des patients. « La situation de la psychanalyse est paradoxale. Sévèrement critiquée par bon nombre d’intellectuels et de psychiatres, chassée des universités et des institutions de soin, accusée de maltraiter les parents d’enfant autiste en les rendant responsables du trouble de leur petit, ou banalisée et tenue pour une thérapie parmi d’autres, elle a perdu le charisme dont elle jouissait dans les années 1960-1970, son âge d’or, quand Jacques Lacan et Françoise Dolto faisaient (presque) figures de prophètes « (1)

L’enfance , les parents, les secrets de famille, parler du passé, représente un part très importante du travail de psychanalyse.

Les TCC .

Les thérapies cognitives et comportementales (TCC) sont plus récentes . » Comme son nom l’indique, la thérapie cognitive-comportementale s’intéresse à la fois au processus de pensée de l’individu et à son comportement.

Certaines situations, certains environnements sont à l’origine de troubles chez la personne. Un dialogue s’établit alors entre le patient et le thérapeute afin d’évaluer point par point les causes du trouble. La thérapie consiste à mettre en place un certain nombre d’étapes pour soigner le trouble en question par le biais d’une série d’exercices pratiques directement liés aux symptômes.

Les TCC sont souvent utilisées pour traiter les troubles de la personnalité limite, ou encore la boulimie. » (2)

Que ce soit le psychanalyste ou le psychologue , il a bien sûr , pour l’un été psychanalysé et travaille avec des superviseurs pour les cas plus délicats, pour l’autre , suivi des études lui conférant un sérieux professionnel. L’un comme l’autre sont listés et affiliés à des organisations professionnelles reconnues.

Cependant le coaching ( life ou business) , a longtemps exercé dans le domaine sportif. Le life coaching est assez nouveau , et propose une option pour guider des employés ou des entrepreneurs en rupture de repères, se sentant décalés , sous-estimés ou ayant des challenges à relever et également cherchant à dépasser leurs croyances limitantes.

Pour les coachs, je parlerai ici , seulement des coachs ayant suivi une ou plusieurs formations , n’étant pas auto-proclamés et qui sont affiliés pour la plupart à une organisation reconnue professionnellement ou étant accréditée R.N.C.P).

Comment définir le coaching ?

« Depuis une quinzaine d’années, le coaching s’est répandu, en dehors du monde des affaires, des personnes qui ont des vies très différentes ont recours à des coachs pour achever une variété très grande d’objectifs. de très nombreux coachs rejoignent l’ICF (la fédération international de coaching), une association qui encadre, l’éthique et les standards de la profession de coach et certifie les coachs. »(3)

Le life coaching commence ici et maintenant, est orienté sur le présent , même si le/la coaché/e répond à un formulaire très détaillé, car le coach a besoin de comprendre des aspects du passé de son /sa client/e afin d’aider son/sa client/e à atteindre ses objectifs. Les sessions de coaching sont basées sur l’action, la parole est un outil , pas une fin.

Puis, les thérapies traitent souvent les personnes qui » sont malades mentalement, ont des addictions sévères, des dépression nerveuses, des dépressions sévères, ou des passés liés à des abus… Elles utilisent la psychologie et la parole et ont parfois recours à des traitements médicamenteux. En addition, nous pourrions dire aussi, que le patient est quelqu’un qui est en danger physique ou mental et demande à être guéri. Concernant les thérapies psychodynamiques, on pourrait dire que celles -ci se focalisent sur des pathologies, la guérison, ou des problèmes psychologiques non résolus, liés au passé. » (3)

Différences sortes de thérapies

Des expériences peuvent être faites en groupe en thérapie, le thérapeute guide toujours, le patient suit. On peut avoir recours à des animaux. « Nous apprenons à des personnes (égoïstes, très perturbés avec des problèmes psychologiques sévères) à ôter leur œillère et voir la souffrance du Monde. Nous encourageons l’empathie et la connexion entre tous les êtres vivants ». Les étudiants ont fait deux présentations contre les combats de chiens- une pour la moitié du groupe de soutien et une autre pour leur école. Quand on a conscience de la souffrance des autres, vos propres problèmes ont l’air moins importants et plus faciles à résoudre » (4)

En France, il existe des programmes pour les jeunes qui ont des addictions sévères ou sont condamnés pour vols, qui leur permettent de vivre à la campagne ou de suivre une équipe de thérapeutes et d’éducateurs dans des pays pauvres, comme l’Afrique par exemple ou l’Inde pour y construire une école, restaurer une maison de culte ou un château et ainsi créer quelque chose d’utile à la société, à la communauté. Pendant qu’ils travaillent durement, ils se surpassent et deviennent également, fiers d’eux-mêmes. Ils travaillent aussi avec une équipe, et pour la société, donc ils deviennent moins égoïstes et plus tolérants.

Qui a recours au coaching ?

Concernant le coach proprement dit, il travaille plutôt avec des personnes  » qui veulent aller de l’avant et ont une base émotionnelle et mentale stable ». Tous les clients des coachs  » choisissent de travailler avec leur coach, pas parce qu’ils sont en danger. il y a une grande flexibilité dans la manière de coacher »(3). C’est à dire, que le coach peut faire confiance au client pour qu’il résolve lui-même ses propres problèmes, car il n’est pas en danger.

Enfin, les thérapies se concentrent sur un domaine en particulier (par exemple l’agoraphobie) et essaient d’améliorer la condition de leur patient. Le patient a un problème spécifique. En ce qui concerne le life coaching, il s’attache à « la performance de la personne tout entière », il a une approche holistique.

Le/la coaché/e veut achever des objectifs. « On peut coacher soit en face à face soit au téléphone, ou par courriel. Le coach et ses clients/es – ce qui n’est pas un problème pour les clients/es. Au contraire, cela peut être un avantage, pour le coach comme pour le/la coaché/e, pour ne pas être tributaire du temps passé dans les transports en commun, et des coûts, le coaching peut même avoir lieu alors que les protagonistes sont dans des pays différents (par Skype), cela peut offrir plus de choix pour le client d’être moins timide, moins dans la retenue ou le contrôle et permet au coach de développer ses compétences d’écoute active. » (3)

En résumé

Donc, nous pouvons dire que l’approche des thérapies et du coaching professionnel/de vie diffèrent, de par leur histoire, leurs certificats et leurs diplômes, et également car le coach s’appuie sur le présent et le futur et les actions alors que les thérapeutes et les psychanalystes s’appuient sur le passé et comment changer de réaction par rapport au passé ou en réaction au passé.

Deuxièmement, le coach peut travailler avec les entreprises et le département des ressources humaines, peut avoir des sessions de groupe et ne donne pas d’instruction, il est « agile » et s’adapte à différents environnement et problématiques, tandis que les thérapeutes et les psychanalystes ne travaillent jamais avec les entreprises, concernant le domaine professionnel, et se réfèrent toujours à leurs connaissances, et peuvent donnés des traitements médicamenteux.

Troisièmement, les thérapeutes tout comme les psychanalystes, travaillent avec des personnes malades et pour une longue durée pour la psychanalyse ou à peu près 15 à 30 séances pour les thérapies cognitives et comportementales. La durée des sessions de coaching diffère selon les objectifs et les clients/es, et le coach ne travaillent qu’avec des personnes stables.

 » Les thérapeutes peuvent éventuellement diriger leurs patients, une fois traités, pour affiner les objectifs, quand ceux-ci sont prêts à plus d’actions et à achever l’excellence dans leur vie. Les coachs de leur côté, après l’entretien préalable à la signature du contrat, dirigeront le client qui ne semble pas convenir à leur approche et qui est bloqué par des difficultés qui ne peuvent pas être résolues par des sessions de coaching. » (3)

(1) http://www.psychologies.com/Therapies/Psychanalyse/Travail-psychanalytique/Articles-et-Dossiers/Que-faut-il-attendre-d-une-psychanalyse

(2) http://www.psychologies.com/Dico-Psycho/Therapie-cognitivo-comportementale-TCC

(3) Juliet Austin  (4) Dr Cherie Scheurich